Réseau Flora Tristan-La Cité du Genre (USPC) : présentation

Le Réseau Flora Tristan-La Cité du Genre (USPC) est un réseau interdisciplinaire en études de genre réunissant des chercheur.es, enseignant.es-chercheur.es, post-docotrant.e.s et doctorant.e.s de la communauté d’établissements Sorbonne-Paris-Cité (Paris Descartes, Paris Diderot, Sorbonne Nouvelle, Paris XIII-Villetaneuse, Sciences Po, INALCO, IPGP, EHESP). L’objectif de ce réseau est de favoriser les collaborations interdisciplinaires aussi bien en Lettres, Sciences Humaines et Sociales qu’en sciences dures et santé. Lancé en 2013 par un premier comité de pilotage  réunissant Catherine Bernard, Myriam Boussahba, Gabrielle Houbre (ICT, Paris Diderot), Hélène Périvier (PRESAGE, Sciences Po) et Rebecca Rogers (CERLIS, Paris Descartes), rejointes par Pascale Molinier (Paris 13), le réseau Flora Tristan-La Cité du Genre est désormais rattaché au comité de pilotage de La Cité du Genre USPC : Isabelle Alfandary (PRISMES, Paris 3)  ; Gabrielle Houbre (ICT, Paris Diderot), Marie-Anne Paveau (PLEIADE, Paris 13), Hélène Périvier (PRESAGE, Sciences Po) et Rebecca Rogers (CERLIS, Paris Descartes).

Flora Tristan (1803-1844). D’origine franco-péruvienne (fille naturelle d’un colonel aristocrate espagnol né au Pérou dont elle ne parviendra pas à recueillir une part d’héritage), elle épouse  en 1821 un artiste-graveur qui l’a embauchée comme coloriste d’estampes. Le couple a trois enfants avant de se séparer. Son mari la bat avant de la blesser de deux coups de révolver, crime qui lui vaudra vingt ans de prison. Voyageuse et militante féministe (Nécessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères, 1835 ; Pérégrinations d’une paria, 1837 ; Promenades dans Londres, 1840), elle est aussi une figure emblématique du socialisme utopique, elle formule avant Marx et Engels, l’idée d’une Internationale des Travailleurs sans exclusion de sexe ou de nationalité (L’Union ouvrière, 1843) et entame un tour de France sur le modèle des apprentis-compagnons pour recueillir des informations sur « l’état actuel de la classe ouvrière » et des adhésions à son projet (Le Tour de France. Journal, 1843-44, publié en 1973). Flora Tristan est une actrice essentielle de la question sociale du premier XIXe siècle.

Les chercheur.es et doctorant.e.s souhaitant rejoindre le réseau sont invité.es à remplir la fiche de présentation jointe (qui ne doit pas dépasser une page) et à l’envoyer  à Vivien Féasson (feasson@yahoo.fr)  :

Fiche Réseau Flora Tristan  téléchargeable (cliquer deux fois sur le lien)
Fiche de membre (ne doit pas dépasser une seule page)
NB : ces informations sont susceptibles d’être mises en ligne

NOM :
Prénom :
Établissement :
UFR/Département : laboratoire/équipe de recherche :
Statut :
Coordonnées professionnelles postales :
Téléphone :
M@il :
Adresse.s URL (www…) de votre page institutionnelle (laboratoire ou autre), ou/et  personnelle :
Thématique.s de recherche :
Projet.s envisagé.s, demandes de collaborations….

Mots-clefs (5)




5