Projets soutenus par PluriGenre

2016

Vingt-cinq ans après. Les femmes au rendez-vous de l’histoire, hier et aujourd’hui
Responsables : Anna Bellavitis (IUF -Université de Rouen-GRHis), Giulia Calvi (Università di Siena), François Dumasy (École Française de Rome), Stéphane Gioanni (École Française de Rome), Cristina La Rocca (Università di Padova), Manuela Martini (Université Paris Diderot-Paris 7-ICT)
À l’occasion du vingt-cinquième anniversaire de la publication de l’Histoire des femmes en Occident, dirigée par Georges Duby et Michelle Perrot (éd. italienne, Laterza 1990, éd. française Plon 1991) et du vingtième anniversaire de la publication de la Storia delle donne in Italia (Laterza 1994-1997), La Società Italiana delle Storiche, en collaboration avec l’École française de Rome, l’Institut Universitaire de France, l’Università degli studi di Padova et l’Université Paris Diderot-Paris 7, organise un colloque international à Rome les 14-16 mai 2016. Cette rencontre sera l’occasion pour proposer un bilan international à la fois sur les apports de ces ouvrages collectifs et sur les évolutions d’un champ d’études qui a connu un développement important dans les dernières décennies. L’une des priorités de ce colloque sera de mettre en dialogue historiennes et historiens avec des spécialistes d’autres disciplines et notamment des anthropologues et des civilisationnistes de différentes aires culturelles.

Quelle volonté de savoir, quarante ans après Foucault ? Colloque international Université Paris 7 – Institut d’études politiques de Paris, 7-8 octobre 2016

Organisation : Frédéric Gros, Laurie Laufer, Ariane Revel et Arianna Sforzini.

Cette journée d’études, co-organisée par Paris 7 et Sciences po, souhaite explorer les questionnements que le texte de 1976 a laissés ouverts et qui sont encore actuels et actualisables aujourd’hui, en réunissant un ensemble d’enseignant.e.s-chercheur.e.s travaillant dans différents domaines disciplinaires : histoire du genre et de la sexualité, philosophie, psychanalyse, science politique. Quatre axes de problématisation en particulier orienteront les débats : 1. Le premier projet de l’Histoire de la sexualité : les manuscrits qui témoignent de son élaboration assez avancée et les raisons de son abandon de la part de Foucault ; 2. L’analyse du dispositif moderne de sexualité et la critique à l’égard de la psychanalyse dont cette conception de l’historicité de la sexualité est porteuse ; 3. La théorie d’une productivité essentielle du pouvoir, au-delà de toute « hypothèse répressive » ; 4. L’importance-clé des analyses (bio-)politiques foucaldiennes pour l’histoire des études de genre. Ce dernier point revêt une valeur toute particulière pour notre actualité : bien que Foucault ne se soit jamais directement occupé des questions liées à la différence de genre, les « Gender Studies » doivent beaucoup au texte foucaldien de 1976, et en particulier aux exigences qui y sont clairement formulées d’une pensée sociale, culturelle et politique anti-essentialiste, multiple, relationnelle et attentive aux rapports de pouvoir multiformes et complexes qui construisent nos identités et nos contraintes de vérité.


MATERNITÉS, PATERNITÉS Représentations, Pratiques, Nouvelles Perspectives
Journée d’étude doctorale, 9 juin 2016, Université Paris Diderot-Paris 7 Salle M019 Bâtiment Olympe de Gouges
Organisation Myriam Chatot, Sophie de Chivré, Ghislain Graziani, Nouri Rupert

Projet ANR : Women’s and men’s remuneration and time budgets in the textile trades in France from the late 17th to the early 20th century

resp. : Manuela Martini et Liliane Pérez


Missions pour des mastérisant.e.s

–  Justina Smalkyté, «La mémoire de l’Holocauste en Lituanie post-Soviètique: une perspective de genre»


2015

Différences sexuelles, normes et pratiques médicales (2e partie)
Responsables : Vincent Bourseul, psychanalyse, CRPMS/UFR d’Études Psychanalytiques et Marie Gaille, philosophie, SPHERE/CNRS-Université Paris Diderot-Paris 7.
Lors du premier appel à projets PLURIGENRE, V. Bourseul et M. Gaille ont déposé un projet intitulé « Différences sexuelles, normes et pratiques médicales ». Son objectif consistait à élaborer une réflexion pluridisciplinaire psychanalyse/philosophie sur la place occupée, de fait et de droit, par la question de la différence des sexes dans les pratiques médicales et sur ses éventuels effets normat- ifs. Le présent projet reprend cet objectif, compte tenu des étapes déjà traversées en 2014. Cette année, 3 journées d’étude étaient envisagées : 1) « construction de l’identité et différence sexuelle » ; 2) « Médecine procréative, différence sexuelle et égalité des sexes » ; 3 « Normes, trans-identité et inventions des sexualités ». A partir du budget dont le projet a bénéficié en 2014, l’organisation des journées 1 et 3 a été privilégiée. Le présent projet vise à organiser la journée 2 et un atelier de travail pour l’élaboration d’une publication à partir des matériaux réunis au cours de ces trois journées. 
Genre, normes, psychanalyse. Historicisation, critique et invention de la psychanalyse 
Responsables : Laurie Laufer (psychanalyse) et Gabrielle Houbre (histoire)
La modernité nous invite à renouveler notre écoute et notre façon de penser la sexualité et les productions qui l’accompagnent : normes, règles, interdits, lois, prothèses, créations, etc. Nous sommes alors conviés à interroger, entre nécessité, normalité et contingence, la subjectivité au cœur des processus qui la soutiennent et la régulent. Car ces dispositifs singuliers et pluriels sont eux-mêmes les objets des pratiques qui les constituent. Avec Freud, nous savons que la sexualité humaine, inconsciemment déterminée, motive la production psychique de normes individuelles, mais aussi de normes collectives, sociales, culturelles, juridiques, etc. Ces normes concernent tant le sexe que le genre. Elles sont l’objet d’évolutions que les historiens mettent au jour et qui questionnent à leur tour la psychanalyse dans la modernité, à la frontière de la sociologie, de la philosophie, de l’anthropologie et de la médecine. Ce colloque international aura pour ambition de mettre en mouvement les réflexions pluridisciplinaires autour des normes, du genre et de l’invention de la psychanalyse.
Un numéro thématique de la revue Cliniques Méditerranéennes (accord donné) sera publié en 2016, il sera coordonné par Laurie Laufer, Gabrielle Houbre, Vincent Bourseul, Sara Piazza.
Sujet Femme : ordre et désordres dans la pensée et la production des subjectivités modernes (fin du programme de recherche)
Responsables : Catherine Bernard, littérature britannique et histoire de l’art, LARCA/Études anglophones ; Myriam Boussahba-Bravard, civilisation britannique, LARCA/Études anglophones ; Gabrielle Houbre, histoire, ICT/GHSS ; Hélène Périvier, chercheure en économie, OFCE/PRESAGE/Sciences-Po ; Rebecca Rogers, sciences de l’éducation, CERLIS/Paris Descartes.
Articulé à partir de trois figures emblématiques et d’autant de modes d’expressions, le projet veut interroger les modalités de construction des identités de genre et saisir la tension entre projection des subjectivités féminines et créativité matérielle des oeuvres. Pour cela, il s’intéresse notamment au primat du visuel sur l’écrit dans des productions qui, statistiques ou artistiques, permettent de comprendre les liens entre avant-garde et identité. Plus globalement enfin, le projet veut aussi analyser les processus de réception et de diffusion des œuvres et les interpréter dans une échelle élargie dans le temps (fin XIXe-XXIe s.), dans l’espace social et géographique, ainsi que dans leur dimension économique. Le projet se décline pour cela en deux axes interactifs qui interrogent le processus d’auto-exploration du sujet femme pris dans ses interrelations avec le sujet homme, notamment dans la bataille visuelle des représentations identitaires, politiques, esthétiques et leurs interactions avec le féminisme.
Missions pour des maîtrisant.e.s 
– Judith Angliviel : « Suzy Solidor dans la photographie (entre-deux-guerres) »
Le mémoire de master sur les représentations photographiques de Suzy Solidor, chanteuse et tenancière de cabaret, entre 1920 et 1939. Il s’intéresse d’abord au traitement du corps féminin et aux questions soulevées par la bisexualité de Suzy Solidor. Mais les outils utilisés pour l’analyse de ces documents ne se limitent pas à ceux des études du genre : l’histoire de l’art offre des méthodes et des analyses précieuses pour comprendre la singularité de ce médium et son évolution, c’est donc naturellement dans une approche pluridisciplinaire que ce mémoire est élaboré.
– Inès Daoudi : « Féminisme, religion et droit de vote (Angleterre, France, Allemagne, XIXe s.) »
Le master s’oriente autour de deux grands axes qui sont le droit de vote des femmes et la religion. L’étude se porte sur le modèle anglais et sa diffusion et perception en France et en Allemagne, de 1902 à 1914. Ce sujet permet d’englober de vastes champs de recherches. Dans un premier temps, il s’agit d’une recherche qui s’inscrit naturellement dans l’histoire du genre. De plus, ce sujet est à la croisée de différentes disciplines telles que l’histoire sociale et culturelle, l’histoire des mentalités mais aussi l’histoire politique et bien sûr l’histoire des faits religieux. Cette pluridisciplinarité se trouve renforcée par l’étendue de l’aire étudiée, puisqu’elle s’insère dans une approche transnationale.
– Laura-Laure Angerville, « Enquête sur la poupée au XVIIIe et au XIXe siècle à Londres et à Paris », sous la direction Liliane Hilaire Pérez et Audrey Millet.
Cette étude explore trois axes principaux : un axe technique, un axe au croisement du commerce et de l’économie et un axe s’intéressant au genre et à l’enfance. L’étude de la poupée est au carrefour de plusieurs disciplines. Dans une première partie de mon mémoire, il s’agit d’identifier l’objet d’étude (la poupée) en analysant les définitions des contemporains. Les fonctions de la poupée ainsi que ses composantes et attributs sont analysés. Enfin,  la manière dont sont exposées et représentées les poupées est abordée. La deuxième partie étudie l’organisation du travail des poupetiers et cherche à comprendre les intentions fabricatrices des poupetiers. Enfin, dans une troisième partie, les approches de genre sont privilégiées pour étudier l’enfance à travers l’objet poupée.

EN 2014

Différences sexuelles, normes et pratiques médicales
Responsables : Vincent Bourseul, psychanalyse, CRPMS/UFR d’Études Psychanalytiques et Marie Gaille, philosophie, SPHERE/CNRS-Université Paris Diderot-Paris 7.
Le présent projet associant les laboratoires CRPMS et SPHERE voudrait organiser une réflexion multi-disciplinaire entre psychanalyse et philosophie sur les pratiques médicales et sur la place occupée, de fait et de droit, par la question de la différence des sexes dans ces pratiques et dans une telle réflexion, ainsi que sur ses éventuels effets normatifs (dans l’ordre du droit, des politiques de santé publique et des représentations sociales). La « différence des sexes », tout à la fois produit et processus, interroge les savoirs et les pratiques de la psychanalyse et de la philosophie, pour revenir à ce que la différence sexuelle comme expérience nous offre d’engager comme lecture, critique et renouvellement des usages que nous en avons et des savoirs que nous en extrayons.
Ce travail d’articulation entre philosophie et psychanalyse s’appuiera cette année sur des journées scientifiques. Elles seront consacrées notamment à la reprise des textes fondamentaux traitant de cette question, permettront d’aborder l’invention des sexualités et de travailler également sur la procréation médicalement assistée.

Citadinités subalternes en Afrique et en migrations africaines : femmes, genre, dynamiques de la marge.
Responsables : Odile Goerg, histoire, CESSMA/GHSS ;  Thomas Fouquet, anthropologie, ex-posdoctorant, IEC/CESSMA et Guillaume Lachenal, histoire, SPHERE/Sciences du vivant.
Ce projet concerne une rencontre scientifique organisée le 23 mai 2014 à l’Université Paris Diderot, et la publication collective tirée de celle-ci. L’intitulé de cet évènement « Citadinités subalternes en Afrique et en migrations africaines » renvoie aux usages de la ville de celles et ceux qui, exclus des sites institutionnalisés du pouvoir social, politique et  économique, tentent néanmoins de renégocier leur position sociale. L’approche de ces questions sous l’angle des rapports de genre et de trajectoires féminines constitue l’originalité de l’approche proposée. Dans les études africaines, les travaux consacrés aux jeunes citadins « hors (des) normes » se sont en effet attachés avant tout à des figures masculines.

Sujet Femme : ordre et désordres dans la pensée et la production des subjectivités modernes (sept. 2012-juin 2015)
Responsables : Catherine Bernard, littérature britannique et histoire de l’art, LARCA/Études anglophones ; Myriam Boussahba-Bravard, civilisation britannique, LARCA/Études anglophones ; Gabrielle Houbre, histoire, ICT/GHSS ; Hélène Périvier, chercheure en économie, OFCE/PRESAGE/Sciences-Po ; Rebecca Rogers, sciences de l’éducation, CERLIS/Paris Descartes.
Articulé à partir de trois figures emblématiques et d’autant de modes d’expressions, le projet veut interroger les modalités de construction des identités de genre et saisir la tension entre projection des subjectivités féminines et créativité matérielle des oeuvres. Pour cela, il s’intéresse notamment au primat du visuel sur l’écrit dans des productions qui, statistiques ou artistiques, permettent de comprendre les liens entre avant-garde et identité. Plus globalement enfin, le projet veut aussi analyser les processus de réception et de diffusion des œuvres et les interpréter dans une échelle élargie dans le temps (fin XIXe-XXIe s.), dans l’espace social et géographique, ainsi que dans leur dimension économique. Le projet se décline pour cela en deux axes interactifs qui interrogent le processus d’auto-exploration du sujet femme pris dans ses interrelations avec le sujet homme, notamment dans la bataille visuelle des représentations identitaires, politiques, esthétiques et leurs interactions avec le féminisme.